Gardez un lien direct avec nous. Recevez les mises à jour dans votre boite à lettres. Profitez des publications spéciales.

Catégorie : Perspectives

21 janvier 2022

Traduction de l’article original de David Weinberger publié en anglais le 27.12.2021

***

Oubliez tout ce que vous savez sur l’économie. Dans Classical Economic Theory and the Modern Economy, l’économiste Steven Kates explique pourquoi l’économie a échoué depuis plus de 100 ans.

Comme l’explique le Dr Kates, pendant la majeure partie du XIXe siècle, les économistes s’accordaient à dire que l’objectif de l’économie était de générer des richesses et d’améliorer le niveau de vie, ce qui impliquait d’augmenter le nombre et la qualité des biens et services sur le marché. Les politiques économiques appropriées visaient donc à accroître la production (le « côté de l’offre »). Les dépenses (le « côté de la demande ») ne suscitaient guère d’attention, car il était entendu qu’elles découlaient de la production.

Pour comprendre pourquoi, imaginez que les survivants d’un naufrage partent de zéro sur une île. Pour bâtir une économie prospère, ils devraient commercer entre eux ; pour ce faire, ils devraient d’abord produire des objets à échanger. Par exemple, si la personne A veut la lance de la personne B, la personne A doit fabriquer quelque chose, par exemple des sandales, et échanger ses sandales contre la lance. En effet, sa production de sandales constitue sa demande pour la lance. Par conséquent, la production crée la demande. En économie, c’est ce que l’on appelle la loi de Say.

Un corollaire de cela était la compréhension qu’une « surproduction générale » – une situation où une économie produit plus qu’elle ne consomme (ou « insuffisance de la demande totale ») – était une impossibilité. Les perturbations économiques, les récessions et les dépressions étaient considérées comme étant causées par des perturbations de la structure de production, mais jamais comme le résultat d’une demande trop faible. Comme le disait David Ricardo, qui exprimait la conviction dominante de la profession à l’époque, « les hommes se trompent dans leurs productions ; il n’y a pas de déficience de la demande. »

Cela explique pourquoi les économistes classiques considéraient les entrepreneurs comme d’une importance vitale. Non seulement devaient-ils innover en matière de progrès technologiques et améliorer les méthodes de production, mais ils devaient également gérer les ressources de manière responsable, notamment en structurant le processus de production pour anticiper correctement la demande des consommateurs. Ce n’était pas une tâche facile. L’incapacité à produire ce que les consommateurs souhaitaient entraînait une désynchronisation entre l’offre et la demande dans l’économie, qui se terminait fréquemment par une récession.

En outre, contrairement aux caricatures populaires modernes, Kates souligne que les économistes classiques n’ont jamais été naïfs au point d’ignorer le rôle évident de la monnaie. Au contraire, ils considéraient comme acquis le fait que l’analyse des variables économiques « réelles » – c’est-à-dire les biens et services, les formes physiques et intellectuelles du capital et du travail – était essentielle pour comprendre correctement le fonctionnement de l’économie. Ce n’est qu’après avoir bien compris l’économie réelle que l’on a introduit la monnaie, de peur que l’on ne confonde la première et la seconde et que l’on s’écarte d’une pensée économique saine.

Toutefois, à la suite de la « révolution marginale » des économistes « autrichiens » dans les années 1870, un changement s’est opéré dans l’analyse économique. Plutôt que de se concentrer sur l’économie dans son ensemble et sur la production de richesse en particulier, les Autrichiens ont orienté leurs recherches vers l’individu et ses préférences subjectives pour expliquer la valeur.

Les premiers économistes classiques, comme Adam Smith et David Ricardo, avaient avancé une « théorie de la valeur du travail », selon laquelle le travail seul déterminait la valeur d’un bien ou d’un service, en ignorant des facteurs tels que la désirabilité du produit et le coût total de production (et pas seulement le coût du travail). Pire encore, Karl Marx a ensuite adopté la théorie du travail dans sa condamnation du capitalisme. Ainsi, en partie pour parer aux attaques de Marx, les Autrichiens ont soutenu que la valeur était déterminée non pas par le travail mais par « l’utilité marginale », c’est-à-dire la satisfaction qu’un consommateur retire d’une unité supplémentaire d’un produit.

Cependant, en critiquant à juste titre Marx et la théorie du travail, les Autrichiens ont imprudemment attaqué l’école classique, sans tenir compte du fait qu’à cette époque, les grands leaders classiques avaient abandonné la théorie du travail. Kates cite en exemple John Stuart Mill, qui a développé une théorie de la valeur basée sur les « coûts de production », qui anticipait de nombreuses idées autrichiennes. Malheureusement, l’approche économique de Mill a été négligée, ce qui a entraîné « un changement d’orientation du côté de l’offre de l’économie vers le côté de la demande, l’analyse marginale étant axée sur l’utilité plutôt que sur les coûts de production », écrit Kates.

En bref, bien que le cadre classique ait survécu à la révolution marginale, l’approche holistique axée sur l’offre a été reléguée au second plan, tandis que l’individu et l’utilité sont passés au premier plan. Ainsi, lorsqu’en 1936 John Maynard Keynes a publié sa Théorie générale, peu d’économistes étaient suffisamment formés aux postulats classiques pour résister à l’onde de choc keynésienne et préparer une contre-attaque.

Le point d’Archimède pour Keynes était la demande (à court terme). Les économistes classiques avant Keynes savaient que la demande était le sous-produit de la production et que le fait de privilégier la première par rapport à la seconde pour expliquer le cycle économique constituait une régression, et non un progrès, dans la compréhension de l’économie. Mais en formulant sa théorie axée sur la demande, Keynes n’a guère pris la peine de lire la pensée classique. Il s’est contenté d’attribuer aux classiques des visions caricaturales de l’économie qu’il a ensuite incendiées.

Par exemple, il a affirmé que leur modèle supposait une économie en perpétuelle prospérité parce que, dans son imagination désinvolte, il n’offrait aucune explication aux récessions. Il leur attribuait également la croyance ridicule selon laquelle « l’offre crée sa propre demande », comme s’ils supposaient naïvement que la production d’un produit, aussi indésirable soit-il pour les consommateurs, garantit sa vente.

Ces deux affirmations étaient manifestement fausses. Les économistes classiques avaient des explications bien développées pour expliquer les ralentissements économiques (ils rejetaient simplement l’insuffisance de la demande), et aucun d’entre eux n’était stupide au point de supposer que le simple fait de produire quelque chose garantit que quelqu’un va l’acheter. Néanmoins, les caricatures de Keynes ont suscité peu de réactions, ce qui explique en partie pourquoi il a réussi à déloger la production et à ancrer la demande au centre de l’analyse économique à court terme.

L’une des caractéristiques les plus durables de sa victoire, relate Kates, a été le passage d’une observation de l’économie en termes « réels » à une analyse en termes « nominaux ». En d’autres termes, au lieu d’observer l’économie en termes de ressources, les économistes ont aujourd’hui tendance à la voir en termes de monnaie. Cette évolution a profondément modifié la manière dont nous définissons la politique économique. L’optique « réelle », en reconnaissant la réalité de la rareté des ressources, donne la priorité à l’obtention d’une plus grande production à partir de moins d’intrants, c’est-à-dire à l’augmentation de la productivité, afin de maximiser la richesse. En revanche, le prisme « nominal », en analysant les flux monétaires, tend à masquer les contraintes liées aux ressources et privilégie l’objectif politique de maximisation de l’emploi, ce qui se traduit souvent par un gaspillage des ressources et un appauvrissement de la richesse.

Par exemple, un nombre croissant d’économistes affirment que nous avons besoin de grands programmes d’emploi et autres, et que nous ne devons pas nous soucier du coût parce que nous pouvons nous le « permettre ». Mais la question centrale n’est pas « l’abordabilité », mais ce que les entreprises privées pourraient faire avec ces ressources – c’est-à-dire les biens d’équipement et la main-d’œuvre – si elles n’étaient pas réquisitionnées à des fins gouvernementales. Considérez que, puisque les entreprises privées doivent employer des ressources qui couvrent les coûts de production plus un profit afin de survivre, leurs projets ont tendance à ajouter de la valeur et à accroître la richesse. Les initiatives gouvernementales, en revanche, ne sont pas soumises à des contraintes similaires et, par conséquent, font généralement diminuer la richesse.

Cette intuition classique est parfaitement illustrée par une observation de Milton Friedman. Lors d’un voyage dans un autre pays, Friedman a vu des ouvriers utiliser des pelles pour construire un pont. Lorsqu’il a demandé pourquoi les ouvriers utilisaient des pelles plutôt que des machines, son hôte a répondu : « parce que l’utilisation de machines entraînerait une diminution des emplois ».

« Oh, » répondit le Dr Friedman, « je pensais que vous étiez intéressé par la construction d’un pont. Si vous voulez créer plus d’emplois, pourquoi ne pas donner aux ouvriers des cuillères au lieu de pelles ? »

En bref, les politiques de l' »emploi » ne tiennent pas compte du fait qu’en utilisant les moyens les plus productifs pour accomplir les tâches – en construisant le pont avec des machines plutôt qu’avec des pelles – le travail humain est économisé, ce qui permet aux travailleurs d’être employés ailleurs dans l’économie ou de profiter de leurs loisirs. En d’autres termes, les politiques de l’emploi réduisent généralement la richesse.

Mais comme l’explicite La théorie économique classique et l’économie moderne, les économistes ont depuis longtemps abandonné la lumière de la clarté économique pour la caverne de la confusion dégénérescente. Le résultat est que, depuis lors, les décideurs politiques se cachent avec complaisance derrière des ombres.

La bonne nouvelle est que, en réintroduisant les principes classiques, Kates trace un chemin pour sortir de ces cavernes. La mauvaise nouvelle est que, après avoir vécu longtemps dans l’obscurité, beaucoup risquent d’être aveuglés par la lumière.


Consultez nos services : canal telegram de diffusion d'informations brutes, abonnez-vous gratuitement ; coaching financier personnalisé, en savoir plus ; Abonnement dans l'espace proactif, en savoir plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}