Gardez un lien direct avec nous. Recevez les mises à jour dans votre boite à lettres. Profitez des publications spéciales.

Catégorie : Perspectives

17 juin 2022

Traduction de l’article de blog original de The Z Man publié en anglais le 25.04.2022

***

La règle du contraire du libéralisme stipule que, quoique la gauche dise de ses adversaires politiques, supposez le contraire et vous serez proche de la vérité. Il ne faut pas confondre cette règle avec la contradiction. Si la gauche dit « X », il ne s’ensuit pas que le contraire littéral de « X » soit la vérité. Tout ce que cette règle nous dit, c’est que ce que la gauche dit n’est pas la vérité et que la vérité va être complètement différente de ce qu’elle dit, souvent complètement opposée.

L’exemple classique est celui d’il y a dix ans, lorsque le Tea Party avait de l’importance. Ce mouvement purement populaire en réaction au radicalisme de l’administration Obama a été qualifié d’ « AstroTurf » (NdT : mouvement dont les vrais sponsors sont cachés et faisant croire qu’il est authentiquement populaire) par la gauche. La gauche prétendait que son activisme était organique alors que la droite fabriquait de l’activisme. Le Tea Party était une création du parti républicain et de ses maîtres corporatifs. La réalité était l’opposé. L’activisme de gauche était contrôlé par le parti et financé par les entreprises américaines.

La règle inverse peut également servir d’avertissement. En fait, c’est la meilleure application de la règle, car elle permet de se préparer aux manigances de la gauche. Cela signifie qu’une fois que vous entendez des avertissements de la part de personnes de gauche au sujet d’une menace, vous pouvez supposer qu’elles la planifient ou qu’elles y participent activement. Le bon pari à prendre concernant ce dernier cas de figure est lorsque la gauche est excessivement excitée par la revendication. En d’autres termes, ils ont l’habitude d’accuser leurs adversaires de crimes qu’ils commettent.

Un bon exemple de ceci est lorsque les néoconservateurs organisaient l’État policier pendant les années Bush. Les supporters de Bush ont déclaré que ces nouvelles armes d’État ne seraient utilisées que contre les musulmans. La plupart d’entre eux étaient probablement sincères à ce sujet. Les néoconservateurs détestent les Arabes plus qu’ils ne détestent les Européens. La gauche a dit que ces outils seraient utilisés contre les citoyens Américains. Bien sûr, dès que la gauche a pris le pouvoir, elle a commencé à utiliser ces outils pour espionner les Américains.

Ce comportement de la gauche, qui consiste à accuser ses ennemis de ce qu’ils complotent ou font, est utilisé par les conservateurs comme une preuve du cynisme de la gauche. Pour les conservateurs, hypocrisie est le mot abracadabresque le plus puissant. Malgré toutes les preuves, ils sont sûrs que prononcer ce mot détruira leurs ennemis. Lorsque la gauche accuse ses ennemis de faire quelque chose qu’ils font, les conservateurs crient à l’hypocrisie, croyant que cela a un effet magique en leur faveur.

Cela n’a jamais l’effet escompté, car être accusé d’hypocrisie ne fonctionne que si vous vous souciez de l’exactitude des faits. Pour les conservateurs, l’exactitude des faits est importante, ils préfèrent donc perdre plutôt que d’être accusés de contradiction. C’est principalement pour cela qu’ils perdent tous les combats. Ils aiment perdre tout en ayant raison. Pour la gauche, ce qui compte, c’est de faire avancer ses objectifs, donc elle peut vivre avec la contradiction. Pour elle, les faits ne sont qu’un outil de plus qui peut être utilisé comme une arme contre l’opposition.

Il est également utile que la politique de gauche attire un type de personnalité spécifique. Eric Hoffer a observé que les gens rejoignent souvent les mouvements de masse par dégoût de soi. Ils souhaitent échanger leur sentiment de détestation d’eux-mêmes contre l’identité du groupe, qu’ils considèrent comme positive. C’est presque toujours le cas avec la politique de gauche. Les personnes qui y participent recherchent une forme de salut, qui leur évite de penser à leur sentiment de haine de soi. Au lieu de cela, ils peuvent se concentrer sur un ennemi qu’ils peuvent haïr avec enthousiasme.

Bien entendu, haïr un ennemi qui possède les qualités que vous détestez chez vous est à peu près l’ennemi idéal pour ce genre de personne. Leur dégoût de soi est transformé en vertu tandis qu’ils expriment leur haine pour des qualités qu’ils craignent de posséder. Collectivement, cela transforme la gauche en une foule animée par ce qui ressemble à une indignation morale et un désir de purger le monde de la corruption. C’est ce qui fait d’un nombre relativement restreint de personnes une force puissante dans la société américaine.

Cette capacité éhontée de projeter sur les autres les péchés de la gauche a été la principale raison pour laquelle la gauche a divisé la politique américaine. Elle s’arroge le droit de faire la morale, accuse toute personne qui résiste de faire quelque chose de mal, puis fait cette mauvaise chose aux personnes qu’elle accuse. Après tout, ils ont créé la justification de la mauvaise chose qu’ils font. Les conservateurs ont passé le dernier demi-siècle à essayer de prouver qu’ils ne sont pas les méchants, tandis que la gauche allait de triomphe en triomphe.

La règle du contraire a été si efficace, en fait, qu’il n’y a plus d’opposition efficace à la gauche en Amérique. Le conservatisme s’est effondré et le clivage politique en Amérique est entre les « gens des nuages », qui peuplent et contrôlent la classe managériale, et les « gens de la terre », qui souffrent de la domination de la classe managériale. Les gens des nuages accusent maintenant les gens de la terre de diverses choses, comme l’insurrection, qui est utilisée pour justifier des tactiques brutales contre ceux-ci.

Cette indignation autoréférentielle qui naît du dégoût de soi est devenue une religion pour la classe dirigeante. En fait, elle les a aidés à prendre conscience de leur classe. C’est pourquoi ils trouvent des choses bizarres à imposer à la société. Ils soutiennent les agresseurs d’enfants dans les écoles, par exemple, parce que cela leur donne des gens à haïr. Les parents normaux qui s’exposent pour lutter contre les pervers et les fanatiques dans les écoles fournissent l’arme nécessaire à la gauche. Leur religion exige un diable.

Cette religion bizarre qui anime la classe dirigeante est efficace pour l’isoler de la société et préserver sa position. C’est pourquoi toute remise en question de la politique officielle est étiquetée par l’une des phases abracadabresque qui signifie « exclu ». Posez des questions sur le doublement des coûts de l’alimentation et on vous rétorque que vous diffusez de fausses informations. Remettez en question la guerre en Ukraine et vous êtes un suppôt de Poutine. Remarquez que la criminalité augmente à des taux jamais vus depuis les années 1970 et vous êtes un suprématiste blanc violent.

C’est là que cette règle du contraire devient si efficace. Le besoin d’accuser un étranger des pires crimes que la gauche puisse imaginer devient une justification pour commettre ces crimes contre le prétendu ennemi. C’est ainsi que l’Amérique est passée si rapidement de la défense de l’ordre libéral et des droits individuels à la célébration de la censure corporative et à la persécution des prisonniers politiques. Les méchants deviennent de plus en plus mauvais, donc les moyens de les vaincre doivent l’être aussi. C’est l’escalator de la terreur.

Il s’agit d’une éthique parasitaire et corrosive du pouvoir. La forte baisse de la qualité de vie de la plupart des Américains au cours de la dernière génération en est une conséquence. L’effondrement de la confiance sociale en est une autre. Comme la personne désespérée qui mange le maïs, ce que nous appelons la démocratie libérale consomme le capital social de la société afin d’alimenter la machine à haine qui soutient la classe dirigeante. À un moment donné, peut-être bientôt, ils n’auront plus rien à brûler et le système deviendra instable.


Consultez nos services : canal telegram de diffusion d'informations brutes, abonnez-vous gratuitement ; coaching financier personnalisé, en savoir plus ; Abonnement dans l'espace proactif, en savoir plus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}