La stratégie d’investissement qui marche !

La première question que la plupart des personnes se posent lorsqu’elles disposent d’un capital à investir, est : “dans quoi investir pour multiplier rapidement mon capital ?”.

Une fois le placement prometteur en question trouvé, elles placent la totalité des fonds à disposition dans une opportunité. La plupart du temps, elles constatent après une période plus ou moins longue, qu’elles accusent une perte.

C’est à ce moment qu’elles vont prendre conscience qu’une approche plus globale et consciente des risques potentiels est nécessaire. Les émotions biaisent leur jugement.

Et là se pose la seconde question : “comment se positionner afin de capturer des gains, tout en limitant les risques de pertes ?”

On ne peut connaître l’avenir, par conséquent on tente de se rassurer en observant le passé et en induisant que le comportement du marché produira les mêmes effets dans le futur.

La réalité est que nous n’avons aucune d’idée des résultats futurs d’un investissement, un événement inattendu pouvant se produire à tout moment.

En fait, l’investissement est une affaire de chance.

Vous me direz alors : “mais pourquoi suis-je en train de lire cet article ?”

      1. Pour pouvoir gagner, il faut s’exposer aux chances
      2. La gestion du risque est, elle, mathématique
      3. La compréhension du cycle économique est plus importante que trouver des actions spécifiques (stock picking)

Si une personne décide de ne pas s’exposer aux opportunités qui se présentent à elle, il est certain qu’elle ne pourra profiter d’un gain. Il est donc nécessaire de s’exposer pour avoir des chances.

La curiosité comme processus

Il n’existe pas de stratégie d’investissement universelle adaptée pour tout le monde. Chaque personne doit développer son propre processus de prise de décisions, et cela commence par le fait d’en avoir envie.

Il faut être curieux, et motivé à apprendre. La formation continue fait partie de l’aventure.

Le niveau de conviction dans une idée d’investissement ne peut être élevé que si l’investisseur a lui-même fait les travaux de recherche et d’analyse ou qu’il comprend le processus du tiers qui lui indique une opportunité.

Que se passe-t-il lorsque notre niveau de conviction est faible ? Nous allons liquider la position au moindre mouvement adverse, accumulant les petites pertes, mais pas de grands gains.

C’est pourquoi il est important d’avoir un processus de détection d’idées d’investissements (qui passe souvent par une recherche ardue), et un système permettant de limiter l’impact des émotions dans la mise en œuvre des positions choisies.

Pour ce dernier point, Il s’agit d’identifier les biais psychologiques qui induisent des sentiments de peur ou d’euphorie, amenant l’investisseur à vendre ses positions au plus bas du marché, et acheter au plus haut.

C’est l’inverse de ce que les promoteurs des formations de trading promettent : une routine simple et mécanique, facile à mettre en œuvre et ne nécessitant que l’observation de graphiques d’analyse technique.

Le cycle économique comme cadre général

Mon approche est principalement cyclique. Je cherche en permanence à identifier les points de retournement des différents secteurs en observant les données économiques. Cette démarche permet d’anticiper les mouvements de marché à moyen terme. J’implémente ensuite ma vision du cycle au moyen d’ETFs dans lesquels je reste exposé souvent durant plusieurs mois.

Tout est question de timing. Le moment de la prise de position dans le cycle est primordial. L’agilité est nécessaire, la vigilance de mise.

Pourquoi rester exposé à un actif dont on sait qu’il va sous-performer dans le contexte économique actuel ? C’est pourtant ce que proposent les stratégies d’investissement basées sur la théorie « moderne » de portefeuille, datant de 1952.

J’agrémente mon approche avec des positions en actions lorsque je détecte des opportunités en creusant plus profondément dans les secteurs/industries. La situation la plus favorable survient lorsque je parviens à trouver une paire d’actions long/short qui me permet d’exclure le risque de marché. Si le marché des actions en général s’effondre, il suffira que la position longue perde moins que la position short pour que j’encaisse une plus-value.

Certains préféreront une tactique plus simple à mettre en œuvre que les deux décrites ci-dessus, basée sur moins d’opérations durant l’année. Dans ce type de stratégie, on accepte des variations du prix plus larges qu’une approche “trading” (plus de risque), alors que le suivi ne s’effectue qu’une fois par mois, ou moins. Une telle approche nécessite une recherche quantitative préalable plus poussée (corrélations entre actifs, ajustement bêta du portefeuille) et une capacité de résistance aux pertes à court terme plus élevée.

Ceci étant, n’oubliez pas : gagner de l’argent sans rien faire et sans prendre de risques, c’est dans les contes.

Être indépendant ?

Si vous êtes une personne curieuse et désirant s’améliorer, alors vous avez compris que toutes les cartes sont dans vos mains. Si vous n’êtes pas curieux, les fonds de placements et autres instruments financiers collectifs sont probablement plus adaptés.

Que ceux qui cherchent le coup de l’année ou qui veulent expliquer le passé passent leur chemin, nous nous concentrons sur la discipline, une vision de portefeuille avec plus de gagnants que de perdants, et nous cherchons à anticiper le futur car c’est ce qui nous amènera la constance des gains.

Le but de méta d’esprit est de vous amener à l’indépendance dans vos prises de décisions. Notre objectif est de vous aider à structurer vos idées afin de mettre en place votre propre stratégie d’investissement, qui est la seule et unique qui marchera vraiment pour vous !

Cet article a 3 commentaires

  1. Marc

    Excellent article Éric, merci !

    1. Eric Mermod

      Un conseiller financier canadien abonde avec ma posture ! Que demander de plus ? 🙂

  2. Landreau

    Comment ne pas affirmer ces propos ….100% d’accord avec toi , tout est dit !
    Il faut s’ accorder un peu de temps ,apprendre de ses erreurs passées , rechercher ce qui vibre ou ce qui nous fait vibrer , et poursuivre pour trouver le point équilibre dans toutes actions , mouvements , décisions …dès lors , l’intuition mathématique ( à la sauce Eric )pourra ou fera la différence dans differents types d’investissement …..pas seulement dans la sphère monétaire !

Laisser un commentaire