Ma bibliothèque ne contient plus que des livres à lire

On félicite souvent les propriétaires de grandes et magnifiques bibliothèques, car la croyance générale semble être que le savoir est proportionnel au nombre de livres stockés.

En somme, c’est comme si la véritable richesse serait densifiée dans des livres ayant déjà servi, dans les livres que nous avons déjà lus.

En réalité, ces manuscrits sont inexorablement voués à rester fermés, à moins que l’objectif de la bibliothèque soit de partager et d’échanger le savoir.

En fait, les livres non encore lus ont une valeur bien plus élevée que ceux déjà consultés, puisqu’ils contiennent ce que nous ne savons pas encore. Par conséquent, il est plus logique de remplir sa propre bibliothèque de livres que nous n’avons pas encore eus entre les mains.

Ceux-ci ne manqueront pas de nous narguer, nous appelant alors à les lire. Les avoir en permanence sous les yeux nous incitera à être bien plus curieux (…).

Ainsi, je passe du mode “stockage de livres” à celui, bien plus léger, du don du livre une fois lu. J’utilise à cette fin des boîtes de partage de quartier, qui permettent de mettre à disposition de nos voisins ce que l’on souhaite.

Il s’agit d’une démarche qui amène l’abondance en général, à contrario du stockage qui est basée sur la rareté. J’en ai d’ailleurs déjà profité en découvrant un livre qui m’a par la suite hautement intéressé (un San-Antonio !).

Un des objectifs de Méta d’Esprit est d’amener l’initié vers des sujets qui vont bouleverser sa vision des choses.

Ainsi, vous pourrez bientôt trouver sur ce site (dans le futur espace des initiés) une liste de livres classés dans les catégories suivantes :

  • les incontournables, excellents et voués à être relus, donc gardés. Ils sont caractérisés par une concentration synthétique des sujets traités (concision) ;
  • les intéressants, que l’on ne lira probablement qu’une fois, mais qui toutefois sont très bons et amènent l’esprit vers de nouvelles prises de conscience ;
  • les futures lectures, soit les livres pas encore lus.

Bien entendu, cette dernière catégorie sera la plus fournie. J’appelle d’ailleurs ceux qui connaissent d’excellents livres (concis et sans verbiages) sur l’économie, l’investissement, ou tout autre sujet permettant une meilleure compréhension du monde, à les partager.

Faisons tous ensemble croître notre bibliothèque, constituée en majorité de livres à lire, et partageons nos découvertes afin de faire émerger à la conscience collective de nouvelles connaissances.

 

Cet article a 3 commentaires

  1. Je suis un petit employé de banque retraité. La matière qui m’a « coulé », lorsque j’ai tenté d’obtenir le brevet professionnel, est l’économie générale. Depuis, j’ai découvert « L’ABC de l’économie, par René Sédillot, également auteur de « Survol de l’histoire du monde », « Survol de l’histoire de l’Europe », « Survol de l’histoire de France »…

    C’est cet auteur qui m’a fait comprendre certains points de l’économie. Par exemple, il utilise l’exemple d’une intersection pour présenter les trois grands régimes économiques. Au début, deux routes de campagne se coupent. Aucune signalisation n’y est nécessaire (économie libérale). Puis la circulation prend un peu d’ampleur : on pose une balise de priorité (économie concertée). Enfin, une ville se développe autour de cette intersection; on y installe des feux tricolores (économie planifiée).

    Depuis que je suis à la retraite, j’ai découvert qu’un banquier suisse (nettement plus gradé que moi) dit avoir découvert récemment tout ce que cache la formule « Ce n’est pas le dépôt qui fait le crédit, mais le crédit qui fait le dépôt. » Depuis, j’ai lu « Bankster » (peut-être avec un « s » à la fin), livre très instructif quant à l’activité des banques. On peut le trouver via Internet, soit sous forme de livre *.pdf, soit sous forme de dessin animé.

    Je serais heureux de trouver dans cette bibliothèque quelques livres instructifs, notamment sur les possibilités, pour les « petits » (du genre « gilet jaune », en France), d’accéder à l’indépendance financière, voire à la fortune. Enfin, comme eût dit Herr EINSTEIN : c’est relatif. Je pense que chaque personne, ou presque, a son idée du montant minimal à percevoir pour accéder à l’indépendance financière.

  2. Trading : Trading in the Zone – Mark Douglas
    Dev Perso : Les techniques du succès – André Muller
    Politique : Les méfaits des intellectuels – Edouard Berth
    Economie : Extreme Money – Das Satyajit
    L’effondrement du Dollar et de l’Euro et comment en profiter – Turk & Rubino
    Bonne lecture 😉

    1. Merci Patrick

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Pin It on Pinterest